en-Petite spiritualité du yoga, extrait...

16/02/2019

Spirituel, respiration, spirale partagent la même origine, le verbe latin « spiro », qui signifie, souffler, respirer, vivre, être inspiré, avoir le souffle poétique... La spiritualité est donc en rapport avec l'expérience du corps à travers le souffle. Une telle dimension irriguait les religions anciennes ou traditionnelles, où l'on prie avec son corps, où les gestes interviennent sans cesse dans les systèmes rituels, où les états d'extase et les cultes à transes s'appuient sur de très fortes somatisations. Mais l'évolution proprement occidentale et moderne vers des formes institutionnalisées et rationnelles a souvent dissocié le religieux du corps ; elle a laissé aux pratiques dites populaires, considérées comme inférieures, la manipulation des énergies et la recherche des effets somatiques. Cette dissociation a amputé de sa part charnelle une religion comme le christianisme, pourtant établie dans le mystère de l'incarnation... Le facteur spirituel dans la vie intérieure implique de renouer avec la croissance d'une globalité corps-esprit. Ainsi celles et ceux qui aujourd'hui se disent attirés par la spiritualité plutôt que par les religions ont souvent un souci et une pratique du corps, comme le yoga, le zen ou la danse. Ils font l'expérience du passage d'un corps traité comme objet à un corps qui participe du sujet, d'un corps passivement soumis au sacré à un corps médiateur de transcendance vécue.

Ysé Tardan Masquelier

« Petite spiritualité du yoga », Editions Bayard, 2019