en-le Char, pratique adaptée ou non ( still on construction....)

03/10/2019

Je comprends la démarche de T.K.V.Desikachar, héritage des dernières années de son père Krishnamacharya qui a adoucit sa pratique et s'est servi du yoga comme d'une médecine. Nous en sommes toujours là, entre la performance physique des premières années de K et sa pratique douce des dernières. J'expérimente de plus en plus que c'est une question d'équilibre. Parfois nous avons besoin d'une pratique physique exigeante parce que le mental le demande et parfois de simplement de laisser agir dans une pratique douce et passive. Je dirais que ces deux pôles devraient être toujours présents dans notre pratique. Rajas-Tamas, l'action, l'inertie. Rendre le yoga doux et accessible est bien en apparence, mais le danger est de dénaturer l'essence de cette pratique. Ma compagne, prof de yoga Iyengar également, a fait l'expérience d'un nouveau cours qu'elle reprend... Sa surprise a été de voir que la première chose que les personnes faisaient était de s'allonger au sol en savasana. Elle a tôt fait d'imposer une pratique dynamique et puis finir par une détente et les élèves dans la surprise ont avoués ne jamais avoir connus un tel état de détente. Ce que je veux signifier par là, est que de trop adapter le yoga à la personne a eu l'effet secondaire de créer une espèce de pratique qui s'apparente plus à de la gymnastique douce qu'à du yoga. La gymnastique douce, l'eutonie apportent certes beaucoup de choses, mais ne peuvent créer une détente aussi profonde qu'une pratique plus soutenue et équilibrée par des postures de repos et des inversions. Ce sont des polémiques que nous avons beaucoup dans le groupe... Pour ma part je pense que le yoga "dans une certaine mesure" ne doit pas s'adapter à la personne, mais que la personne sen tenant compte de ses propres possibilités doit aller vers le chemin de la pratique du yoga. A vouloir trop adapter la pratique, on se limite à nos propres limitations et on évite d'explorer de nouveaux territoires en se contentant d'une pratique de Bien être. Le yoga est un long voyage subtil qui commence de la périphérie vers le centre. A mon sens et vous pouvez ne pas être d'accord, faire un yoga qui s'adapte trop, c'est rester voyager à la surface. Le voyage comporte des risques, on peut s'y perdre, on peut y avoir des moments de grâce, de désespoirs, de souffrance, de joies. La posture physique nous renvoie une image fidèle de nous-mêmes et ne pas regarder celle-ci c'est éluder notre propre histoire. Avec l'age je vais sans doute devoir arrêter de sauter dans tous les sens et faire une pratique plus subtile, cherchant à me connaître dans les moindres secousses de mon corps..