en-Ganesh, Maître Yoda et la légende du petit Colibri

05/09/2019

Ganesh, maitre Yoda et la légende du petit colibri.
Déjà une semaine, une semaine que je voudrais écrire un hommage, une mise au point, une réflexion sur le Ganesha spirit Festival.
Sur notre aventure, sur le recommencement, sur cet autre cycle de l'histoire de notre couple, dont je ne veux pas faire de confession ici.
J'en profite pour exprimer toute ma gratitude envers Nanoh, l'organisatrice avec qui nous entamons cette page blanche d'apparence.
L'expérience, l'âge, la maturité portent leurs fruits et nous pouvons en être purement créatifs.
Avant tout je voudrais exprimer toute ma gratitude envers Nanoh, l'organisatrice du Ganesha Festival qui en confiance nous permet d'explorer « live ».
Voilà, la semaine est passée, tragique, marquée par plusieurs deuils comme autant de rappels du réel. Je ne vais pas m'étendre plus.
Je vais juste vous mentionner l'incendie titanesque de la forêt d'Amazonie, et ce sentiment désespérant d'impuissance.
Une partie de nous-mêmes vient de partir en fumée. L'espoir de jours meilleurs s'évanouissent. Les masques tombent.
La nature à défaut d'une quelconque volonté de se venger sur la stupidité humaine, se consomme d'elle-même.
Je n'arrête pas de penser à la crémation de tous ces êtres vivants. La pratique du yoga m'a appris quelque chose, c'est que les plantes, les animaux ont aussi une « âme ».
Ils partagent avec nous cette énergie commune, mystérieuse et infinie qu'est la vie. Sorte de célébration gratuite qui ne trouve sens que dans sa propre expression.
Immanence donc, pour jouer du grand vocable.
Je ne peux arrêter de penser à ce gigantesque gaspillage de la diversité biologique qui contient en elle-même les solutions de l'avenir de la race humaine.
Ce cynisme nauséabond de Bolsorano et de ses sbires, comptant leurs futurs dollars pour chaque mètre carré qui part en fumée.
Rien à foutre de l'avenir, le monde est assujetti à l'espèce humaine, seule élue d'un dieu qui a crée l'homme à sa propre image.
J'ai juste envie de vomir.
Et pas très envie d'écrire...
C'est là qu'intervient Maitre Yoda dans cette histoire.
Enfin, dans mon esprit « tordu », je ne peux m'empêcher de faire l'amalgame entre maitre Yoda, ce sage imaginaire de « Space Opera » et Pierre Rabhi, l'être réel de chair et d'os.
Je suis désolé moi-même de cet amalgame.
Petits, fripés, et d'apparences faibles, bref, sorte de paroxysme du anti-héros.
Et pourtant tous deux, symboles et incarnations de la sagesse et de la connaissance, la plus grande force qui soit.
Vous vous rappelez dans « Le retour du Jedi », Maitre Yoda apporte la solution contre l'Empire du mal. Il entraine Luke Skywalker à maitriser « la Force ».
C'est Luke qui part la suite, dans le désespoir de la lutte de la rébellion contre l'arme absolue de l'empire « l'Etoile noire », la fait exploser en faisant confiance à son intuition.
Petite mouche minuscule, microscopique face à l'immensité de l'Etoile noire ».
Bon ok, vous voyez où je vais en venir, non?
Voilà qui est dit.
Synchronicité, petit miracle du quotidien.
Je surfais inutilement sur Facebook en revoyant mollement cette fameuse scène où Luke Skywalker, poursuivi par des chasseurs ennemis, se débarrasse de tous ces instruments de bord pour tirer le missile fatal à « l'Etoile Noire ». Et paf je tombe sur cette petite vidéo de Pierre rabbi qui par rapport à l'Amazonie nous raconte la légende du petit Colibri.
Je vous laisse le plaisir de l'écouter par vous mêmes, suivre ici le lien.
Ma seule solution sera celle du petit colibri.
Continuer à partager, animer, ce que nous avons fait avec un réel plaisir au Ganesh spirit Festival.
Nous avons entamé ce voyage exploratoire dont nous n'avons pas encore trouvé de titre.
Un musicien, Fabien de son prénom, que je tiens à remercier de tout mon coeur, nous as rejoint, tout en respect, en écoute.
Improvisation, alchimie magique. Ouverture d'esprit des participants aux deux ateliers, tout en plaisir et en concentration.
Ils nous ont portés.
Nous les avons transportés dans un voyage intérieur, fait de mythes, d'archétypes, d'incarnation par les asanas de ces histoires racontées par Serap et rythmées par Fabian.
Conteuse , chamane véritable à ses heures et Fabian, musicien à l'écoute tout en douceur et finesse qui donnait espace à ces histoires.
Des défauts certes, dans le rythme, dans le séquençage des postures. Dans le manque de clarté entre histoires et pratique des asanas.
Confusion dans les thèmes... Nous allons affiner, clarifier, travailler.
Malgré toutes ces imperfections, nous avons la sensation d'avoir crée quelque chose d'original entre spectacle, cérémonie, et pratique intense du yoga.
Sans doute le plus beau des cadeaux est celui de ce participant, nous remerciant vivement d'avoir su partager la tradition du yoga en la faisant vibrer en lui en un éclat neuf et revivifié.
Une aventure s'ouvre, la suite est à venir



Merci de votre lecture.

Merci Ganesh, dieu de la connaissance qui nous ouvre la voie.
Merci aux participants de ces deux ateliers au « Ganesh spirit festival »
Merci Fabian.
Merci Nanoh.
Merci Pierre Rabhi, merci Maitre Yoda.